Test – Quel Community Manager êtes-vous ?

Test – Quel Community Manager êtes-vous ?

Si certains pensent encore que le métier de Community Manager se résume à « se promener sur Facebook et Instagram et à liker tout ce qui se passe », nous, nous savons que la réalité est toute autre !

Au-delà d’être un expert des réseaux sociaux (en même temps, c’est un peu le cœur de son métier), le CM doit effectuer au quotidien de nombreuses missions qui jouent un rôle crucial dans la communication des marques auxquelles il se dévoue tant. Et même s’il existe autant de CM que de personnalités, nous avons identifié quatre profils types dans lesquels vous vous reconnaîtrez sûrement (vous, ou l’un collègue de travail d’ailleurs…).

Alors, quel Community Manager êtes-vous ? Faites le test !

C’est parti !

1. Vous venez de recevoir une invitation pour le lancement du dernier produit de votre marque préférée…

🔍 En bon CM que vous êtes, vous vous devez d’aller à cette soirée ! L’occasion idéale de voir ce qui se fait ailleurs en matière de communication, mais surtout de fournir votre carnet de contacts.

🔧 Vous prenez un ami sous le bras et allez y faire un tour par curiosité. Qui sait, vous pourrez peut-être vous faire quelques contacts et échanger sur vos projets en cours.

🌟 Vous checkez d’abord votre agenda pour voir si vous avez autre chose de prévu. Rien en vue ? Parfait, des petits fours, un sujet pour votre prochain article de blog et des stories Instagram, que demander de mieux ?

✈️ Vous ne serez malheureusement pas dans les environs ce jour-là. Vraiment dommage car c’est une marque que vous adorez et que vous suivez sur tous les réseaux. Pour vous consoler, vous serez à l’affût de chaque story le jour J…

 2. Votre cadre de travail au quotidien…

🔧 Dans un open space convivial avec toute votre team. D’ailleurs, vous n’êtes jamais bien loin de votre développeur ou de votre graphiste, à qui vous faites tout le temps appel…

🔍 Une équipe 100% communication dans un bureau assez cool et une ambiance décontractée (contrairement aux autres services de la boîte).

✈️ Ce n’est jamais le même décor ni les mêmes collègues, et c’est probablement cette liberté qui vous plaît le plus dans le métier que vous faites.

🌟 En général, c’est au bureau le matin, puis brainstorming autour d’un déj, pour courir ensuite sur un shooting l’après-midi, avant de finir par la soirée d’inauguration d’un nouveau concept store.

3. Le meilleur moment pour faire de la veille ?

🔧 Dès que vous faites un break ! La veille, c’est lire des articles qui vous passionnent ! Et c’est un peu comme lorsque vous checkez votre fil d’actu Facebook : vous savez quand vous commencez, mais difficile de s’arrêter…

🔍 Tous les matins et tous les soirs, dans les transports en commun. Le moment idéal pour checker tous les flux auxquels vous êtes abonné.

🌟 Ce n’est pas vous qui cherchez l’info, c’est l’info qui vient à vous !

✈️ Avant d’attaquer votre dernier article de blog, posé au bord de la piscine. En fait, faire de la veille et chiller, c’est un peu la même chose pour vous.

4. Selon vous, la qualité n°1 du CM…

🌟 Savoir fédérer.

✈️ Être créatif.

🔍 Être rigoureux.

🔧 Être curieux.

5. Vous êtes en plein cas de communication de crise et les internautes s’enflamment…

✈️ Vous faites une annonce générale en jouant la carte de la sincérité et de la compassion.

🔍 Pas de panique ! Vous aviez déjà tout prévu : les différents cas de figure possibles et les réponses à apporter. Vous n’avez plus qu’à appliquer votre plan de crise…

🔧 Vous répondez dans un commentaire ultra détaillé, avec du contenu à l’appui (FAQ, fiche technique/pratique, formulaire de contact…).

🌟 Vous vous inspirez de ce qui a été fait par une autre marque récemment et qui avait formidablement bien géré la situation 

6. Ce qui vous satisfait le plus dans votre métier de CM…

🔧 Lancer de votre marque sur Facebook et Instagram : vous allez enfin pouvoir y publier tous vos contenus !

✈️ Créer les contenus graphiques de la prochaine campagne de communication de votre client.

🌟 Rédiger un article sur les dernières tendances en matière de réseaux sociaux (que vous avez testées bien sûr !).

🔍 Boucler votre reporting du mois et chiffrer les belles retombées que vos actions ont générées.

7. Votre pire cauchemar ?

✈️ Une connexion calamiteuse juste avant un appel en visio. Mais bon, c’était le seul café à 2 km à la ronde… Qui fait les meilleurs Matcha Latte que vous n’ayez jamais bu d’ailleurs !

🔍 Un client mécontent qui s’est lâché sur la page Facebook, et qui a d’ailleurs suscité pas mal de réactions… Respirez un grand coup, ça va bien se passer !

🔧 Une Erreur 404 que vous n’arrivez pas à résoudre sur WordPress. En même temps, vous n’êtes pas développeur…

🌟 Le FOMO (= Fear Of Missing Out), ou la peur de passer à côté d’une info ou d’une exclu. Comment ça, vous ne connaissiez pas ce terme ?

8. Les collègues en amis sur les réseaux sociaux : on est pour ou contre ?

🔍 Peu importe, de toutes façons, vous les avez déjà stalkés…

✈️ Pour ! En fait, ce ne sont pas franchement des collègues, plutôt des camarades de coworking… Mais c’est pareil non ?

🔧 Pour ! De toutes façons, ce sont aussi vos potes dans la vraie vie !

🌟 Pour ! Enfin, ça dépend du nombre de followers qu’ils ont, vous ne suiviez que des comptes à plus de 2K d’abonnés…

9. Vos vacances idéales ?

🔧 Avec des potes, en déconnexion totale !

✈️ Partir à l’aventure pour découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles cultures… Et de nouvelles personnes !

🔍 Chiller au soleil, mais avec une connexion internet à disposition (on ne sait jamais, les trolls ne prennent pas de vacances…)

🌟 Dans un décor de rêve : l’idéal pour un feed Instagram qui va en faire baver plus d’un !

10. Pour vous, les réseaux sociaux, c’est avant tout…

🌟 Le meilleur moyen pour fédérer une communauté.

🔍 Un moyen de communiquer directement et rapidement avec le client final.

✈️ La vitrine de la marque.

🔧 Un excellent canal de vente.

Alors ?!

Vous avez obetenu un maximum de…

✈️ Le Community Manager nomade

Le CM nomade travaille toujours dans des endroits fabuleux (et parfois improbables), si bien qu’il finit par rendre les autres jaloux malgré lui. Assez cool, épicurien et bien souvent créatif, ses seules problématiques sont le décalage horaire et les connexions WIFI douteuses. Adepte du coworking, il travaille souvent à son compte parce que l’indépendance et la liberté sont les deux valeurs qui lui tiennent le plus à cœur.

Ses activités de CM favorites : le graphisme, la rédaction de contenu.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Instagram et Pinterest.

🔍 Le Community Manager (trop) investi

Par définition, le CM ne déconnecte jamais, et ça, le CM (trop ?) investi l’a bien compris. D’un naturel très rigoureux, il aime programmer, mettre en place, analyser et voir les retombées concrètes de son travail. Il travaille bien souvent dans le service communication d’une entreprise. D’ailleurs, il se donne corps et âme pour défendre et honorer l’image de sa boîte sur les médias sociaux (et dans la vraie vie aussi).

Ses activités de CM favorites : la curation, la modération, les reportings.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Facebook, Instagram, Linkedin.

🔧 Le Community Manager multi casquettes

Véritable couteau suisse, le CM multi casquettes assure, comme nom l’indique, des missions très variées. Tantôt trafic manager, responsables éditorial, social manager et même photographe à ses heures perdues… Finalement, il a choisi le nom de community manager parce que c’était ce qui lui correspondait le mieux. Un peu geek sur les bords et souvent surbooké, le CM multi casquettes travaille souvent une start-up ou une PME à fort potentiel.

Ses activités de CM favorites : la création de contenu, le SEO, l’analyse des données.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Youtube, WordPress (non ce n’est pas un réseau social, mais il y passe tellement de temps…).

🌟 Le CM ultra connecté

Le Community Manager ultra connecté, est sur tous les fronts : il possède un compte sur toutes les plateformes et vous le rencontrerez à coup sûr à tous les événements un peu hype. Toujours au courant des dernières tendances, il a un carnet de contacts bien fourni et avec lui, le terme d’animateur de communauté prend tout son sens. Le CM ultra connecté travaille souvent à son compte ou dans une agence de communication. Sa raison d’être : mettre des paillettes dans la vie des autres, mais surtout dans la sienne.

Ses activités de CM favorites : dénicher les dernières tendances, la rédaction de contenu.

Ses réseaux sociaux de prédilection : Instagram, Linkedin, Twitter.

Alors ? Dans quel profil vous êtes-vous le plus reconnu ? Et ne nous dites pas que ce n’est vrai que pour les autres, on ne vous croira pas… 😜

Photo by Mike Meyers & Jason Rosewell on Unsplash

Communication de crise : le rôle clef du Community Manager

Communication de crise : le rôle clef du Community Manager

La communication de crise est souvent perçue comme le pire cauchemar des services communication. Image, réputation, baisse du chiffre voire perte de confiance des partenaires, la crise (ou bad buzz) peut avoir des conséquences désastreuses sur l’ensemble de l’entreprise. Et vous savez ce qui est le pire dans tout cela ? Si ladite crise était suffisamment anticipée, elle n’aurait, bien souvent, pas l’impact que nous lui connaissons…

Gérer la communication de crise, c’est du sérieux !

Qu’elle soit avérée ou incomplète, l’information circule en quelques minutes sur les réseaux sociaux. Un client mécontent, un dysfonctionnement dans l’entreprise, une polémique, et c’est la crise assurée. Lorsque cela arrive, l’entreprise -en particulier le service communication– doit avoir les armes nécessaires pour réagir.

Dans les grosses entreprises, cela passe par une cellule de crise. Pour les petites structures au contraire, c’est souvent au responsable communication et/ou au community manager d’affronter la tempête. Quelque soit le cas de figure, il est important de s’entourer d’experts (internes ou externes) et de décideurs qui joueront un rôle crucial dans la gestion de crise et la préservation de la réputation.

Le community manager : un rôle central avant, pendant et après la crise

Le community manager est en première ligne en cas de situation de crise : toujours en lien avec la communauté, c’est lui qui doit pouvoir en déceler les premiers signes. Et lorsque cela se produit, commence alors une intervention délicate et périlleuse…

 1. La crise tu anticiperas

Premièrement, vous l’aurez deviné, pour gérer efficacement une crise, il faut être préparé. Comment ? Tout d’abord, en élaborant un process de gestion de crise. N’oubliez pas que la crise, si elle est importante, impliquera non seulement la communication, mais aussi d’autres services tels que le SAV, la production, le marketing, etc. Pour éviter la catastrophe, il est donc important d’avoir un plan d’action précis le moment venu. Et c’est à vous, CM, que cette mission revient.

👉 Concrètement, commencez par définir les différents niveaux (= gravité) de crises qui pourraient survenir. Une fois ce travail accompli, listez les personnes à avertir selon les services et les cas de figure rencontrés.

2. Beaucoup de veille tu feras

Étant en première ligne, vous êtes l’une des seules personnes à être au courant de tout ce qui se passe sur les réseaux.

👉 Pour être sûr de ne rien rater, il est donc important de mettre en place une veille continue sur ce que se dit de votre marque. Si vous n’avez pas d’outils de veille sous le coude, en voici quelques-uns qui vous seront d’une aide précieuse. Grâce à des mots clés bien ciblés, votre marché n’aura plus de secret pour vous !

👉 En parallèle, il est également primordial d’avoir une bonne connaissance de votre communauté. C’est-à-dire ? Les termes utilisés, les tons adoptés, la proximité existante (ou non), etc. Le moment venu, votre réponse sera scrutée à la loupe (mais ça, vous le savez déjà).

3. Les bonnes personnes tu alerteras

Un commentaire négatif ? Un client qui exprime son mécontentement ? Un dysfonctionnement ? Un message mal interprété ? Une question délicate ? La crise pointe le bout de son nez. D’autres signaux doivent aussi vous alerter : un engagement anormalement élevé sur un commentaire/post négatif ou un influenceur qui parle en mal de votre marque. Soyez également vigilent en cas d’incident survenu dans l’entreprise, qui pourrait faire beaucoup réagir.

👉 C’est donc maintenant que votre process de gestion de crise prend tout son sens : servez-vous-en ! Alertez les personnes concernées et définissez ensemble la posture à adopter. Le discours et la position de la marque seront vos lignes directives pour répondre sur les médias sociaux. Et rappelez-vous : plus vous serez réactif et moins votre image en sera écornée.

 4. Tel un professionnel de la com’ tu agiras

Vous vous êtes mis d’accord sur le parti pris de l’entreprise et avez préparé vos réponses. Cependant votre job n’est pas fini, loin de là ! C’est maintenant que votre connaissance de la communauté va vous être précieuse…

👉 Adaptez votre message avec un langage cohérent, qui parlera à vos abonnés. Mot général, messages personnalisés, excuses ou pédagogie, à vous d’adopter le bon ton et le bon contenu pour être compris sans ambiguïté. Et souvenez-vous : la sincérité et l’authenticité sont souvent les meilleures armes.

 5. Des reportings tu rédigeras

Le message a été délivré et les tensions semblent se calmer (du moins, on l’espère pour vous…).

👉 Dernière étape et non des moindres, construisez des reportings réguliers avant de dresser un bilan final. Ces documents vous permettront de tirer des conclusions sur la gestion de crise mise en place. Qu’est ce qui a fonctionné ? Qu’est ce qui n’a pas été fait, ou pas à temps ? Comment anticiper de prochaines crises ?

👉 Enfin, ne perdez pas de vue qu’une (vraie) crise laisse des traces. A vous d’adapter la communication future, une communication indirecte, qui visera à redorer une image qui a pris un sacré coup.

C’est fait, la tempête est passée !

Pour une bonne communication de crise, gardez en tête…

… Rien n’est acquis ! Sachez toujours vous remettre en cause.

… Veillez à toujours maintenir de bonnes relations avec certains médias, qui pourront vous être précieux si vous avez un message à véhiculer.

… Utilisés à bon escient, les réseaux sociaux restent un excellent moyen de délivrer un message et d’entretenir de la proximité avec votre communauté.

Vous avez maintenant en main toutes les bonnes pratiques pour assurer en cas de crise. Pour un exemple parlant, voici un article qui détaille la communication de crise récemment mise à exécution par Decathlon. Finalement, le meilleur moyen de gérer une crise, c’est de ne pas la subir !

Le lexique du parfait Community Manager

Le lexique du parfait Community Manager

Déf. Community Manager (CM), nom commun : personne en charge de la présence et de la réputation d’une marque sur les réseaux sociaux et autres espaces communautaires en ligne. Le Community Manager possède par ailleurs, un langage bien à lui, que seuls les fins connaisseurs arrivent à déchiffrer.

Pas évident d’être en phase avec le jargon des réseaux sociaux, n’est-ce pas ? L’équipe de RDE a pensé à vous : voici une session de rattrapage pour ne plus passer pour un extraterrestre aux yeux de votre CM (ne nous remerciez pas). 

Quelques termes techniques…

  • Call to Action (CTA) : le call to action est une formulation qui incite le destinataire d’un message à passer à l’action (« cliquez par ici », « pour participer, partagez cela », etc.). Sur une page web, le CTA peut aussi prendre la forme d’un lien ou d’un bouton cliquable.
  • Contenu : il désigne toute matière qui peut être publiée ou relayée via vos pages sur les réseaux. Cela comprend ainsi les photos, vidéos, articles, contenus audio, infographies…
  • Curation : il s’agit d’effectuer une veille sur un sujet donné pour en sélectionner et repartager les informations les plus pertinentes

Engagement : retenez-le celui-là, il est très important ! L’engagement désigne les interactions que vos abonnés auront avec vous sur les réseaux. Ces dernières prennent la forme de commentaires, likes, partages. On vous a souvent rabattu les oreilles avec le taux d’engagement ? C’est normal. C’est ce dernier qui permet de mesurer et comparer le niveau d’engagement de vos contenus et plus généralement de vos pages.

  • Feed : il s’agit de votre fil d’actualité sur les réseaux sociaux, soit toutes les récentes activités de votre réseau, que vous voyez apparaître lorsque vous vous connectez.
  • Impression : les impressions désigne le nombre de fois où votre message (post, article) a été vu par les internautes.
  • Influenceur : il s’agit d’une personne qui, de par sa communauté/son importance sur les réseaux sociaux, influence le comportement d’achat de ses abonnés. C’est pour cela que les influenceurs sont prisés par les marques pour réaliser des placements de produits.
  • Modération : c’est le fait de contrôler et d’interagir avec les actions des abonnées sur vos pages (répondre à un commentaire, liker/partager un post). C’est pourquoi la modération joue un rôle crucial en cas de communication de crise.
  • Reach : c’est le nombre de personnes (abonnées ou non) atteintes par vos publications sur les réseaux sociaux. Le reach peut être organique (sans action de la part de la marque) ou payé (par un boost de la publication, payé).

Vous nous suivez toujours ? Parfait, continuons…

  • Social Selling : beaucoup utilisé en BtoB, le social selling utilise les médias sociaux pour travailler son image et se vendre. Plus simplement, c’est l’action de faire des ventes directement via les réseaux sociaux.
  • Storytelling : c’est l’utilisation de techniques narratives pour rendre un contenu attrayant auprès de son audience. Ainsi, pour mieux vendre, il faut raconter une « belle histoire » autour du produit ou de la marque.
  • Timeline : c’est l’historique de tous les contenus que vous avez publiés sur votre page.

Trafic : autre terme important à retenir, le trafic. Ce dernier représente le nombre de visites de vos pages sur une période donnée. Il est donc un bon moyen de mesurer votre attractivité sur les réseaux.

  • Troll : les trolls vous ont peut-être déjà donné du fil à retordre… En effet, ce terme est utilisé pour qualifier des utilisateurs qui publient des commentaires offensants ou hors-sujet sur l’une de vos publications.
  • Wording : le wording constitue le ton et les termes des messages que vous employez sur vos pages. Il s’étend aux publications, aux contenus, aux boutons… Le wording participe à la construction et la pérennisation de votre image sur les réseaux sociaux.

 Finalement, vous voyez bien que ce n’est pas sorcier. Allez, dites-nous, combien de termes connaissiez-vous vraiment ?

Photo by Jonas Jacobsson and James Pond

Comment créer une chaîne YouTube qui déchire ?

Comment créer une chaîne YouTube qui déchire ?

Le saviez-vous ? YouTube génère un ROI supérieur à la TV, selon une étude réalisée par Google. Avec plus de 2 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde (dont 19 millions en France), le réseau social représente un excellent moyen de communication pour les marques, et un formidable levier de créativité. Que dites-vous ? Cela demande trop de logistique ? Trop long ? Trop coûteux ? Détrompez-vous. Développer une stratégie sur YouTube n’est pas réservé qu’aux grandes enseignes et à leur budget communication faramineux, et nous allons vous le prouver !

Pourquoi il vous faut une visibilité sur YouTube

Contrairement aux réseaux sociaux « traditionnels », type Facebook, Instagram ou Twitter, le contenu véhiculé sur YouTube fait l’objet d’une véritable recherche de la part de l’internaute. On s’explique : dans les premiers cas, l’abonné consulte de manière passive un flux de contenus (fil d’actualité). Dans le cas de réseaux sociaux comme YouTube ou Pinterest, l’internaute va effectuer une démarche de recherche pour accéder à un contenu en particulier ; exemples : tutoriel de bricolage, recette de cuisine… Vous l’aurez compris (petits malins), l’attention accordée au contenu n’est pas du tout la même selon la plateforme utilisée, rendant YouTube plus stratégique en termes de retour sur investissement.

Oui, mais voilà, la recherche de contenu inclut nécessairement plus d’exigence quant à la qualité de ce dernier. Et cela signifie que c’est bien aux marques de proposer des contenus qui répondent aux envies et aux besoins du public ciblé. On ne vous le dira jamais assez : oubliez ce réflexe de parler de vous partout, tout le temps et de la même manière. Il est temps d’adopter une logique moins « auto-promo » et plus axée communauté. Comment ? En vous concentrant sur vos expertises au sens large ou votre secteur d’activité, via un contenu qui pourra aider ou informer vos abonnés. Croyez-nous, ce sera payant.

Les 4 commandements pour une chaîne YouTube à succès

Créer et développer une chaîne YouTube, ça ne s’improvise pas. Pour connaître le succès (à coup sûr), il y a quelques principes à appliquer.

De la viralité tu créeras

Pour créer de la viralité, il est indispensable de publier du contenu que les gens auront envie de voir mais surtout qu’ils auront envie de partager autour d’eux. Rien de mieux pour gagner en popularité et en abonnés !

Une belle cohérence graphique tu respecteras

Qui dit vidéo, dit aussi typographies, transitions, musiques, couleurs, etc. Veillez à bien les choisir et à ce qu’elles soient cohérentes avec votre image de marque. Il faut que les internautes puissent vous reconnaître au premier coup d’œil.

Sur leur chaîne Youtube, Michel et Augutin proposent des vidéos pédagogiques à destination des apprentis qui passent leur CAP de pâtisserie. Par ailleurs, toutes les vignettes des vidéos font l’objet d’une charte graphique cohérente et reconnaissable.

De l’interactivité et de l’engagement avec tes abonnés tu favoriseras

Youtube n’en reste pas moins un réseau social avec ses principes de like, d’abonnement et autres Call To Action. Usez donc de ces derniers pour gagner en engagement ! Les algorithmes de la plateforme n’en seront que plus ravis (le pourcentage de commentaires/vues est un indicateur de qualité pour votre vidéo).

Des collaborations tu feras

Faites intervenir des invités spéciaux dans vos vidéos, experts ou influenceurs. Et s’ils sont connus c’est encore mieux ! Cela vous permettra de gagner en visibilité (oui, vous touchez aussi leur audience) et en crédibilité.

Quelques tuyaux techniques …

Choisissez bien le nom et le titre de votre chaîne

Utilisez les mots clés en lien avec votre activité et votre marque. Sachez que le titre de votre chaîne est, par défaut, le même que son nom : vous pouvez le modifier dans les paramètres. Ne négligez pas cette étape, le nom et le titre d’une chaîne Youtube sont bons pour votre référencement. 

Pensez à insérer un lien vers votre site, votre blog et vos autres réseaux

Le but étant de projeter l’internaute au-delà de votre chaîne YouTube et d’en faire un client potentiel.

Dans chaque vidéo de sa chaîne YouTube, Sephora France renvoie vers ses pages sur les réseaux sociaux.

Taguez vos vidéos avec le plus grand soin

Choisissez des mots à faible compétition dans l’optique de remonter plus facilement dans les résultats de recherches. On vous conseille d’utiliser les mêmes tags que des vidéos très populaires sur la plateforme (en lien avec vos contenus évidemment), pour apparaître dans les suggestions lorsque ces dernières sont regardées.

Soyez réguliers

Comme tout réseau social qui se respecte, publiez du contenu régulièrement pour faire vivre votre chaîne, rassasier vos abonnés et surtout… plaire à YouTube ! 

Évitez les vidéos à rallonge

Si vous vous lancez, nous vous conseillons de privilégier les formats courts. Inutile de vous lancer dans des super productions si le résultat n’est pas à la hauteur. Si vous avez beaucoup de choses à raconter, vous pouvez également sortir des séries de plusieurs petites vidéos autour d’une même thématique. 

Jouez la carte de la modération

Veillez enfin à consacrer un peu de temps à laisser des commentaires qualitatifs sur des vidéos qui tournent autour des mêmes thématiques que les vôtres. Si vos commentaires s’avèrent pertinents et aimés, ils ressortiront en tête de liste et seront susceptibles d’attirer les visiteurs.

Et voilà, vous avez désormais toutes les clés pour lancer une chaîne Youtube à succès ! Alors ? On vous l’avait dit, ce n’est pas sorcier… Il ne vous manque plus que le contenu !

Si vous êtes un(e) habitué(e) de la communication via contenu vidéo, voici un article qui devrait vous faciliter la vie :

👉 5 outils vidéos pour vos réseaux sociaux

Les réseaux sociaux « moins traditionnels » : quel réseau pour quelle utilisation ?

Les réseaux sociaux « moins traditionnels » : quel réseau pour quelle utilisation ?

Actuellement, 37% de la population mondiale est présente sur les réseaux sociaux, soit plus de 2,8 milliards de personnes ! Lorsque l’on parle de réseaux sociaux, les premiers noms qui vous viennent à l’esprit sont évidemment Facebook, Twitter, Linkedin, voire Youtube, mais connaissez-vous ces médias moins conventionnels que sont par exemple Snapchat, Pinterest ou WhatsApp ? Quelle différence avec les autres plateformes ? Quelle utilisation et surtout quel intérêt représentent-ils pour votre activité ? C’est ce que nous allons décrypter.

Quels réseaux sociaux choisir et pourquoi ?

Avant d’aller plus loin dans la présentation de ces médias, il faut d’abord savoir de quoi l’on parle. L’intérêt des réseaux sociaux pour les entreprises n’est plus à prouver. Avec des millions d’utilisateurs chaque jour, ils sont un canal de communication incontournable pour faire vivre les marques.

Données sur le nombre d'utilisateurs des réseaux sociaux en France et dans le monde

Mais soyons honnêtes, être présent sur les médias sociaux simplement pour dire d’y être présent, ne représente pas de grand intérêt. Cela nécessite au contraire une vraie réflexion stratégique quant aux plateformes sur lesquelles vous voulez être présent et le contenu que vous souhaitez véhiculer. Et c’est là que tout devient intéressant : chaque réseau est différent et s’adresse à un public spécifique. Il est donc primordial de les choisir selon vos cibles et de les utiliser en conséquence : à qui je m’adresse ? Comment je prends la parole ? Via quel contenu ? etc.

Classement des réseaux sociaux selon leur cible d'utilisateurs et leur finalité pour les marques

Dans un autre article, Charlotte vous présente un panorama des utilisateurs des réseaux sociaux, de leurs comportements et leurs attentes vis à vis des marques selon le média utilisé .

👉  Qui sont les utilisateurs des réseaux sociaux en 2019 ?

Snapchat : la plateforme qui cible les jeunes

Avec une audience composée à 71% d’utilisateurs de moins de 25 ans, Snapchat c’est LE réseau social destiné au jeune public. Mais attention : plateforme pour les jeunes ne signifie pas forcément plateforme destinée aux marques jeunes. Au contraire, de nombreuses enseignes (à l’image de grandes maisons comme Chanel) communiquent via ce média pour élargir leur cible et rajeunir leur image de marque.

La spécificité de Snapchat, c’est son caractère instantané : les contenus que vous publiez possèdent une durée de vie de 24h. Cette particularité (qui a donné vie aux fameuses stories Instagram et Facebook), instaure une proximité et une notion d’urgence avec vos abonnés. Ces derniers se rendent sur l’application plusieurs fois par jour pour être sûrs de ne manquer aucun contenu. Pour une communication efficace sur Snapchat, il est donc indispensable de publier régulièrement.

Côté contenus, Snapchat permet de prendre photos et vidéos, ce qui le rend idéal pour montrer la vie de votre entreprise (backstage, événements, interviews…). L’application propose également un grand nombre de fonctionnalités et de filtres très ludiques qui permettent aux marques d’être créatives.

Exemple de campagne de communication réussie sur Snapchat (Netflix)

Exemple d’action de communication réussie sur Snapchat

Netflix a su s’approprier la fonctionnalité Faceswap de Snapchat (application qui échange les visages de deux personnes présentes sur une même photo). Grâce à des affiches placardées dans la rue, les passants étaient incités à se prendre en selfie à côté de leurs héros de série préférés, pour pouvoir ensuite échanger de visage avec eux.

Pinterest : le réseau social qui fait vendre

Dans la catégorie des plateformes peu citées, mais qui n’en restent pas moins populaires, je demande Pinterest. Résolument tourné vers l’inspirationnel (mode, déco, cuisine, voyage, beauté…), le contenu de Pinterest est créé à 75% par des marques et touche une audience plutôt féminine et jeune (25 – 34 ans). Pour l’entreprise, l’intérêt d’un réseau social comme Pinterest, c’est avant tout de renforcer l’identité visuelle et la visibilité de sa marque.

Il est apparu que les utilisateurs de Pinterest étaient 10% plus enclin à acheter en ligne. La plateforme qui l’a bien compris, propose donc plus de services destinés aux marques pour les aider à stimuler le passage à l’acte des internautes. C’est ce qu’elle a fait, notamment avec les Pincodes : des codes personnalisés scannables grâce à l’appareil photo intégré de l’application, qui mène vers des tableaux d’inspirations créés par la marque. Le gros plus de ces Pincodes, c’est qu’ils sont diffusables sur n’importe quel support physique (packagings, magazines, fiches produit…). A noter que les images véhiculées sur votre compte Pinterest ont également un impact positif sur le référencement naturel de votre site.

Exemple de campagne de communication réussie sur Pinterest (Nordstrom)

Exemple d’opération réussie sur Pinterest

A l’approche des fêtes de fin d’année, la chaîne de magasins Nordstrom voulait proposer toute une sélection d’idées cadeaux à moins de 100 dollars. La marque a donc créé un tableau Pinterest regroupant toutes les références, accessible via un Pincode.

WhatsApp : un moyen de communication efficace

WhatsApp a réussi à se hisser n°1 des applications de messagerie dans le monde (60 milliards de messages échangés chaque jour), et n°2 en France après Messenger. Avant tout un espace d’échange, WhatsApp a l’avantage d’être gratuit. C’est un réseau social qui peut être utilisé à des fins personnelles comme professionnelles, ce qui en fait une très bonne plateforme de communication interne en entreprise.

Depuis peu, WhatsApp est également utilisé par les enseignes pour communiquer directement avec les clients. En tant que messagerie instantanée, la plateforme permet d’entretenir une relation privilégiée entre la marque et les utilisateurs, qui ont l’impression de discuter directement avec elle. 

Les entreprises qui ont choisi WhatsApp comme moyen de contact avec leurs clients ont rapidement été confrontées à des restrictions de l’application, prévue initialement pour une utilisation personnelle. C’est pourquoi le réseau social a lancé WhatsApp Business, spécialement dédié aux entreprises : possibilité de créer un profil professionnel (infos pratiques, site internet, adresse …), réponses automatiques et rapides, certification pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un compte professionnel, statistiques et datas sur l’activité du comptes…

Exemple de campagne de communication réussie sur WhatsApp (Absolut)

Exemple d’action de communication réussie sur WhatsApp

Pour le lancement d’une nouvelle gamme de vodka en Argentine, Absolut a organisé une soirée privée à laquelle 2 personnes du grand public avaient le droit de participer. Pour faire gagner les places, la marque à créé le personnage de Sven, un videur imaginaire, que les participants devaient contacter via WhatsApp pour le convaincre de les laisser entrer. L’opération aura permis de récupérer plus de 600 contacts.

Vous avez à présent une vision plus large de la sphère « réseaux sociaux » (attention, il en existe bien d’autres !) que vous avez à votre disposition pour faire parler de votre entreprise et de votre marque. Mais rappelles-toi jeune padawan : toujours privilégier la qualité à la quantité en veillant à choisir les bons réseaux, la bonne stratégie, ainsi qu’un contenu pertinent et unique pour fidéliser ses abonnés !

Photo by George Pagan III

neque. sed ut efficitur. tristique elit. tempus consectetur Praesent